L'invitée des Echos

Accueil » Bulletin » Octobre 2014 » L'invitée des Echos

L’Invitée des ÉCHOS
Altea Tahiraj, Rerésentante nationale d'Albanie au CREFECO

CREFECO : Nous sommes heureux de vous accueillir au Conseil d’Orientation du CREFECO. Pouvez-vous en quelques mots, vous présenter à nos lecteurs et lectrices?

Altea Tahiraj : Je vous remercie de l’espace que vous m’aviez réservé dans le bulletin d’information ECHOS du CREFECO.
J’ai étudié la langue et la culture française depuis beaucoup d’années pendant une période très importante dans l’histoire de l’Albanie. C’était lors de l’arrivée de la démocratie et l’échec de la dictature. C’était une période pleine de désirs et de rêves et je pense que les études de la langue et de la culture française dans cette période-là, sa richesse, a influencé ma personnalité. Plus tard, après  la fin des études à l’Université de Tirana (Faculté de droit), ma vie a changé de direction. J’ai commencé à représenter et plaidoyer les intérêts économiques de l’Etat albanais lors des séances judiciaires devant le Tribunal et plus tard j’ai compilé, rédigé des actes légaux dans le domaine de la technologie d’information en transposant des directives de l’UE dans ce domaine.
Ce qui m’attriste c’est l’absence de l’espérance.  Mais pendant toute ma vie j’ai eu confiance en mon premier amour. Puisque je considère le français comme ”un amour”, ma nomination en tant que représentante au CREFECO est considérée comme une mission importante qui encourage davantage le français en Albanie. A part mon travail au Ministère de l’Education et du Sport, Département de l’éducation  pré-universitaire (responsable des Curricula), je suis vraiment contente de cette nouvelle mission  et j’ai la possibilité de contribuer pour améliorer l’enseignement  de la langue française.

CREFECO : Pouvez-vous nous dire quelle place la langue française occupe-t-elle dans le système éducatif albanais? Quelles sont les actions prévues par le ministère en vue de sa valorisation?

Altea Tahiraj : Les politiques linguistiques du Ministère de l’Education et du Sport évoluent selon les deux orientations fondamentales de la CE: le multilinguisme et le pluriculturalisme en accordant une grande importance aux langues étrangères et aussi aux langues des minorités. Le système éducatif albanais offre aux apprenants la langue française comme une des premières langues. Le français est étudié dans tout le système scolaire, de l’école primaire jusqu’à l’Université. Actuellement, le français fait partie des matières au choix et obligatoires pour l’examen du bac.
Le fonctionnement des sections bilingues est en développement en représentant une des tendances de l’éducation européenne, celle de l’enseignement des deux langues étrangères. Ce système  est en train de se répandre même à l’éducation professionnelle.
La formation continue des enseignants de français se fait au niveau national et international à travers les stages linguistiques et pédagogiques, avec le soutien continu de l’Ambassade de France en Albanie et du CREFECO de l’OIF.

CREFECO : Quels sont les défis que vous souhaiteriez relever en tant que nouvelle représentante du MAS au sein du CO du CREFECO, pour l’amélioration de la qualité de l’enseignement du et en français dans votre pays?

Altea Tahiraj : Mes priorités définies sont :

  • Protéger et consolider la politique de multilinguisme et pluriculturalisme.
  • Renforcer la stabilité exprimée dans la reforme actuelle profonde du système éducatif pré-universitaire.
  • Collaborer avec tous les espaces linguistiques français, tous les acteurs visant le renforcement des sections bilingues. Augmenter l’efficacité d’une meilleure coordination et d’un meilleur support avec l’Association des professeurs de français.
  • Garantir une éducation de qualité en langue française à travers l’utilisation des méthodes et manuels français.
  • Favoriser la continuité de l’enseignement de la langue étrangère et au choix  de la 3ème jusqu’à 12ème classe en respectant la carte scolaire.
J’espère même que le statut  de l’Albanie de pays candidat à l’UE va augmenter l’intérêt pour le français.